Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du mercredi 23 janvier 2019

Premier caucus pour le nouveau chef du Bloc québécois à Shawinigan

Publié le

Yves-François Blanchet dans la studio radio de Radio-Canada à Trois-Rivières
Yves-François Blanchet est le chef du Bloc québécois.   Photo : Radio-Canada / Josée Duchame

Le nouveau chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, tenait mercredi à Shawinigan son premier caucus avec ses 10 députés. Il en a profité pour parler de plusieurs sujets d'actualité comme l'immigration.

L'ancien député péquiste apprivoise tranquillement son nouveau rôle. Chaque fois que quelqu’un me dit que je suis le chef du Bloc québécois, je n’en reviens pas. On sent une espèce d’engouement des militants.

La première semaine, c’est assez intense. Je n’ai pas encore encaissé le choc!

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Ce que Québec veut, le Bloc le veut, c’est le nouveau slogan du Bloc québécois. La phrase inspire le nouveau chef.

On voulait d’abord un thème avec lequel je pouvais commencer mes phrases, un thème qui soit connecté, articulé, vivant, dans les discours qu’on fait. Je voulais aussi que les gens comprennent que nous sommes la voix des intérêts du Québec à la Chambre des communes, ajoute Yves-François Blanchet.

En ce qui concerne le dossier sur l'immigration proposé par la CAQ, Yves-François Blanchet affirme qu’il a l’intention de travailler en collaboration avec le premier ministre.

La loi canadienne dit que [si] tu maîtrises le français ou l’anglais, on va te donner ta citoyenneté canadienne même si tu t’en vas au Québec, allant clairement à l’encontre des politiques linguistiques du Québec, a-t-il déclaré au micro de l'émission 360pm. C’est déjà un problème la perpétuation du français au Québec. La demande du Bloc, c’est une position raisonnable, conclut-il.

Chargement en cours