•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Richard Garneau six décennies d'émerveillement audionumérique.

Richard Garneau : six décennies d’émerveillement

  • De l’enfant indiscipliné à l’homme passionné

    Richard Garneau grandit à Québec, où il fait ses débuts comme annonceur à la radio en 1953, après avoir étudié le théâtre au conservatoire. Quand il arrive à Radio-Canada en 1957, c’est l’âge d’or de la société d’État. Ses collègues Jean-Pierre Ferland et Pierre Nadeau se souviennent du jeune annonceur, qui aurait bien pu faire carrière dans les variétés. Sa carrière bifurque en 1960 quand son goût pour le voyage l’amène à couvrir ses premiers Jeux olympiques, à Rome. L’annonceur généraliste devient commentateur sportif. Sa passion grandissante pour l’olympisme est toutefois confrontée aux terribles événements des Jeux de Mexico et de Munich.
    Détails
  • L’émerveillement jusqu’à la fin

    Les Jeux olympiques de Montréal, en 1976, constituent l’apogée de la carrière de Richard Garneau, qui commente entre autres la cérémonie d’ouverture. À La soirée du hockey, Richard Garneau assiste à la conquête de six Coupes Stanley par le Canadien de Montréal dans les années 1970, et en 1985, il remplace René Lecavalier, son mentor, à la description. La désillusion frappe, en 1988, quand l’affaire Ben Johnson éclate à Séoul, mais son admiration pour les athlètes demeure. Richard Garneau continue de travailler jusqu’au bout, à la radio comme à la télévision, avec la même faculté d’émerveillement et la même passion pour le sport. Il meurt le 20 janvier 2013, quelques mois après avoir couvert ses vingt-troisièmes Jeux, à Londres, en 2012.
    Détails