•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des jeunes de 14 ans pour combler des emplois vaccants

Y a des matins, ICI Première.
Audio fil du vendredi 5 octobre 2018

Des jeunes de 14 ans pour combler des emplois vaccants

La pénurie de personnel fait mal aux restaurants de Saint-Félicien

Un jeune employé prend de la nourriture sur un comptoir.
Un jeune employé dans la cuisine d'un restaurantPHOTO : Radio-Canada
Y a des matins, ICI Première.
Y a des matinsPublié le 5 octobre 2018

Le domaine de la restauration à Saint-Félicien souffre particulièrement de la pénurie de main-d'œuvre. Plusieurs restaurants ont dû réduire leurs heures d'ouverture par manque de personnel.

Le Resto d'la rivière, par exemple, a même dû fermer ses portes en raison de cette pénurie.

En entrevue à l’émission Y’a des matins, le propriétaire des restaurants Marco's Pub et le Tifosi, Marco Dallaire, s'inquiète du phénomène qui ne fait que s’amplifier.

Il affirme qu'il n’a jamais rien vu de tel en 25 ans dans le domaine de la restauration. Il a même offert des parts de son entreprise pour recruter un cuisinier, sans succès.

« C’est vraiment essoufflant comme situation. »

— Une citation de  Marco Dallaire, restaurateur

Il affirme que lui et sa famille, pour montrer l'exemple, ont augmenté leurs heures de travail. Malgré tout, il doit recruter des employés de plus en plus jeunes pour maintenir les opérations.

« Mes restaurants, le Marco’s Pub et le Tifosi, sont désormais fermés les dimanches pour permettre à mon personnel de souffler un peu. »

— Une citation de  Marco Dallaire, restaurateur

Même les menus doivent être ajustés parce que certains employés embauchés n’ont pas ou très peu d’expérience.

On a, nous comme restaurateur, à simplifier nos méthodes, à alléger un peu le menu pour que ce soit moins compliqué et donner de la formation, explique-t-il.

Il avoue que cette pénurie de main-d’œuvre est le grand défi auquel le monde de la restauration devra faire face au cours des prochaines années.