•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a des matins, ICI Première.
Y a des matins, ICI Première.
Audio fil du mercredi 22 août 2018

Le chef du PCS critique le projet de Josée Néron

Dominic Gagnon condamne le projet d’amphithéâtre

Publié le 22 août 2018
Dominic Gagnon prend la parole derrière un micro
Dominic Gagnon, le chef du Parti des citoyens de SaguenayPHOTO : Radio-Canada

L'ex-candidat à la mairie de Saguenay, Dominic Gagnon, nuance ses propos au sujet de l'amphithéâtre. Loin d'appuyer le projet, il croit même qu'il se révélera un éléphant blanc.

Un texte de Vicky Boutin

Pourtant, après la présentation du projet par la mairesse mardi, le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) avait pris le micro pour féliciter Josée Néron pour le travail accompli.

En entrevue à l’émission Y’a des matins, M. Gagnon est revenu sur sa position.

« Oui, ça prend un projet structurant, mais pas celui-là, pas cet amphithéâtre-là qui sera, selon nous, un éléphant blanc. »

—  Dominic Gagnon, chef du PCS

Une scène extérieure, une place des festivals, un marché public et un stationnement sur quatre étages de 700 places et plusieurs espaces verts sont dans les plans.

Ville de Saguenay

D'autres options à retenir

Il croit qu’il faut réfléchir davantage pour évaluer les autres options pouvant revitaliser l’ancienne zone ferroviaire de Chicoutimi. Il pense notamment à la possible implantation d’un institut fédéral de recherche, d’un pavillon de l’Université du Québec à Chicoutimi ou à un complexe technologique dédié à des entreprises du domaine.

Selon Dominic Gagnon, il est clair cependant que le projet d’amphithéâtre évalué à 80 millions de dollars n’est pas la bonne solution.

« Les prémisses de base de ce projet ne tiennent pas la route. »

—  Dominic Gagnon, chef du PCS

Même si la mairesse affirmait mardi qu’il s’agit d’une occasion unique qui ne passe qu’en 50 ans, le chef du PCS n’y croit pas.

Des occasions, quand un projet est bien monté, bien ficelé, il y en a, conclut-il.