•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le Wi-Fi dans les logements de la Société d'habitation de Toronto?

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du vendredi 18 juin 2021

Le Wi-Fi dans les logements de la Société d'habitation de Toronto?

La Société d’habitation de Toronto lancera un projet pilote d'Internet gratuit

Un immeuble à logements à plusieurs étages.
Un immeuble de la Société d'habitation de Toronto dans le quartier Moss ParkPHOTO : Radio-Canada
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 18 juin 2021

La Société d'habitation de Toronto évaluera la faisabilité d'offrir l'internet gratuitement dans huit immeubles pendant une période de six mois. Le conseil d'administration a approuvé le développement du projet pilote qui avait d'abord été proposé par Michel Mersereau, un chercheur postdoctoral à l'Université de Toronto en novembre 2020.

Le développement du projet pilote devra inclure une sensibilisation auprès des locataires. En raison des restrictions liées à la troisième vague au printemps, le déploiement du projet a été interrompu, bien que nous continuons nos recherches, écrit Danièle Gauvin, une porte-parole de la Société, dans un courriel.

Les résidents peuvent présentement profiter d’un forfait offert par l’entreprise Rogers au coût de 9,99 $. Selon Michel Mersereau, qui a étudié l’utilisation de l’internet dans trois bâtiments de la Société, le programme n’est toutefois pas très populaire. Les vitesses de téléchargement et de téléversement du forfait sont deux fois moins rapides que celles visées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Rogers n'a pas partagé le nombre d'utilisateurs lorsque contacté.

Kelly Lalande, une résidente d’un immeuble de la Société à East York qui utilise le forfait, doit souvent naviguer des décalages et ne peut voir les visages lorsqu’elle utilise la plateforme Zoom. La pandémie dure depuis tellement longtemps que j’ai oublié les visages des membres de l’organisme ACORN, dont je fais partie, glisse-t-elle.