•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les Jeux olympiques et l'industrie canadienne de la mode

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du mardi 27 juillet 2021

Les Jeux olympiques et l'industrie canadienne de la mode

Les vêtements de la collection olympique pourraient-ils être fabriqués au Canada ?

À Tokyo, les porte-drapeaux canadiens, Miranda Ayim et Nathan Hirayama, marchent avec le drapeau du Canada. Ils sont suivis de la délégation canadienne.
Les vêtements de la collection olympique destinés au grand public pourraient-il être fabriqués au Canada?PHOTO : La Presse canadienne / Adrian Wyld
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 27 juillet 2021

Les vêtements de la collection de vêtements olympiques canadiens destinés au grand public et commercialisés par les magasins La Baie sont fabriqués en Asie et au Mexique. Le Canada aurait-il les moyens de produire au pays ces vêtements aux couleurs de l'équipe olympique nationale ?

Le fait que ces vêtements soient fabriqués hors de nos frontières est une conséquence de plusieurs facteurs, entre autres des accords de libre-échange et de l’abolition des barrières tarifaires, nous dit Marie-Ève Faust, directrice et professeure à l’École supérieure de mode de l’Université du Québec à Montréal.

Mme Faust nous rappelle que la plupart des matières premières nécessaires à l’industrie du textile ne sont pas produites au Canada et sont donc des produits d’importation, mais que les consommateurs ont aussi un rôle à jouer dans la façon dont la demande évolue.

« Je pense qu’on valorise de plus en plus les métiers et les travailleurs dans nos entreprises manufacturières. Il faut aussi des équipements manufacturiers. On revalorise le modèle d’assemblage aussi et les consommateurs de leur côté demandent plus de transparence. »

—  Marie-Ève Faust, directrice et professeure à l’École supérieure de mode de l’Université du Québec à Montréal