•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 20 mai 2021

La pandémie et la création musicale

Messages codés ou chœurs virtuels, la pandémie inspire la création musicale contemporaine

Publié le 20 mai 2021
Gros plan sur des partitions de musique classique qui ont été déposées sur un clavier de piano.
Des partitions de musique sur un clavier de piano.PHOTO : Pixabay / Steve Buissinne

Les grandes épidémies ont, depuis toujours, inspiré les compositeurs et la COVID-19 ne fait pas exception.

Lire entre les lignes des partitions

Des messages codés cachés dans les partitions existent depuis longtemps puisque, même hors pandémie, Jean-Sébastien Bach « cachait » la traduction de son nom, (B-A-C-H = Si♭, La, Do, Si♮ en notation allemande). Pendant la pandémie de COVID-19, des musiciens ont aussi étendu l'alphabet musical pour cacher des mots comme « coronavirus » ou « hôpital » dans leurs créations.

C'est une des constatations qu'a fait Louis Brouillette, chargé de cours à l'école de musique de l'Université de Sherbrooke, qui s'est intéressé à l'influence de la pandémie sur la composition musicale contemporaine et a publié un article dans le bulletin universitaire La Conversation.

Les jeunes musiciens canadiens se sont aussi amusés, à la suite d'un appel des Jeunesses musicales, à composer des morceaux comportant la séquence de notes Do, Mi, Si, La, Do. Ré (Domicile adoré) pour souligner le confinement général du printemps 2020.

Nommer la pandémie comme source d'inspiration

De plus, certains compositeurs ont, dans l'histoire de la musique, cité le nom de l’épidémie comme source de leur inspiration. Suivant les traces de la Cholera Cantata de Fanny Mendelssohn, composée en 1830, l'Opéra national finlandais a créé en 2020 l'opéra comique Covid fan tutte, adaptation du Così fan tutte de Mozart, qui conserve la musique originale, mais dont le livret raconte la vie pandémique de l'année passée.

À Toronto, c'est le compositeur Frank Horvat qui a composé un album basé sur les courtes partitions qu'il a mises à disposition des musiciens sur Internet. Il a ensuite assemblé ces performances et enregistré, dans un Roy Thomson Hall vide, l'album Music for Self-Isolation.

« C'est une période très difficile pour tout le domaine culturel, mais je voulais voir s'il y a des effets positifs, finalement, de la pandémie et si les compositeurs ont trouvé des façons originales de mettre en musique des éléments en rapport à la pandémie et comment ça les a influencés dans leur création musicale. »

—  Louis Brouillette, musicologue et chargé de cours à l’école de musique de l’Université de Sherbrooke
Portrait de Louis Brouillette, il est de trois-quart face et regarde vers le côté gauche.

Le musicologue et professeur Louis Brouillette

Nadia Zheng

Imaginer l'après pandémie

Les épidémies et les diverses crises ou conflits ont souvent été suivis dans l'histoire de périodes de renouveau artistique. Difficile de prévoir si la pandémie sera suivie d'une renaissance musicale, mais il est certain que l'apport du numérique à la création musicale laissera une trace durable. On se souviendra longtemps des compositions du musicien Eric Whitacre, chantées par un chœur de 17572 choristes de 129 pays, une prouesse rendue possible par le lien qu'a créé Internet entre les artistes et le public à travers le monde.