•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du mardi 20 avril 2021

« Potheads », une série de portraits du photographe Paul Perrier

Le photographe Paul Perrier veut combattre les préjugés sur le cannabis

Publié le 20 avril 2021
Collage de photos noir et blanc de personnages fumant du cannabis avec un pot sur la tête.
Quelques portraits de la série « Potheads » du photographe Paul Perrier.PHOTO : Avec l'autorisation de Paul Perrier

Le 20 avril (4-20) est une date de célébration pour les amateurs de marijuana et le photographe torontois Paul Perrier a décidé de leur tirer le portrait.

Paul Perrier a commencé, en 2019, une série de portraits pour célébrer les différents visages qui font de Toronto la ville riche et multiculturelle qu'il aime.

Il a commencé la série The Toronto Portrait avec des photographies de rue et un premier volet intitulé The Wall, pour lequel il photographiait les passants devant un mur.

Quand la pandémie est arrivée en 2020, les gens masqués ont inspiré à Paul Perrier un deuxième volet intitulé The Mask Series. Il a photographié pendant un an, jour pour jour, plus de 500 personnes masquées dans les rues de la Ville Reine.

Après un an, Paul Perrier cherchait une idée pour le volet suivant. Un après-midi, après avoir fumé une cigarette de marijuana, il est parti arpenter les rues de Toronto pour trouver une idée. Et l'idée de la série Potheads est née.

Paul Perrier se définit lui-même comme un pothead et veut combattre la stigmatisation des consommateurs de marijuana qu'il trouve encore très réelle dans la société. Donc il a imaginé sa série en prenant le mot au sens littéral : ses potheads sont photographiés dans une mise en scène immuable : en train de fumer, avec un pot sur la tête!

L'humour n'empêche pas la mission première de cette série : combattre les préjugés qui persistent, d'après Paul, sur les consommateurs de marijuana.

« Je pense que je suis considéré comme un pothead et je trouve que c'est un terme dérogatoire. [...] Beaucoup de personnes qui sont mes amis ou avec qui je travaille, fument du pot. Ce sont des personnes qui travaillent, qui ont une famille [...], mais il y a un stigma à propos de la marijuana et je veux essayer de battre le stigma. »

—  Paul Perrier, photographe

Cette série est très différente des photographies de rue de Paul Perrier. Les photos sont réalisées en studio, en noir et blanc pour intensifier le contraste et avec un éclairage permettant de saisir la fumée et les détails . Chaque portrait est accompagné d'un texte sur la personne photographiée.

Depuis qu'il a commencé la série Potheads, Paul Perrier reçoit des messages de gens qui veulent y participer et il a probablement assez de sujets potentiels pour faire durer la série jusqu'à la fin de l'été.

Les photos sont visibles sur le compte Instagram thetorontoportrait (Nouvelle fenêtre) et chaque portrait de pothead est posté à 4 h 20 le matin. C’est aussi le compte sur lequel on retrouve les 2 précédents volets de la série : The Wall et The Mask Series.