•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du lundi 19 avril 2021

« Prendre parole » un livre qui fait entendre la voix des jeunes journalistes

Prendre parole, un livre qui fait entendre la voix des jeunes journalistes

Publié le 19 avril 2021
Trois personnages réfléchissent à l'omniprésence de la technologie, symbolisée par une multitude d'écrans.
Les jeunes journalistes doivent composer avec la nouvelle donne de l'univers des médias. PHOTO : getty images/istockphoto / metamorworks

Prendre parole, publié aux éditions Somme toute est un ouvrage collectif qui s'intéresse à la nouvelle génération de journalistes. Ils et elles commencent leur carrière dans un univers bien différent de celui qu'ont connu ceux qui sont encore les références du « grand » journalisme.

L’ouvrage est né de l’idée de deux journalistes, Marie Ève Martel et Gabrielle Brassard-Lecours, qui avaient été étonnées par les questions posées par des étudiants lors d’une rencontre.

Elles ont donc demandé à 5 jeunes journalistes qui travaillent tous dans des domaines différents, de raconter leur parcours, leurs défis mais aussi leurs choix et la joie d'exercer leur métier. Elles ont également partagé leur propre expérience dans ce livre choral où on entend donc 7 voix différentes.

Couverture du livre « Prendre parole », lettres roses sur fond violet.

Le livre « Prendre parole » est un ouvrage collectif à l'initiative de Marie-Ève Martel et Gabrielle Brassard-Lecours, édité par Somme toute.

Éditions Somme Toute

Les différentes façons d'être journaliste

On peut dire qu’il y a autant de façons de pratiquer le métier que de journalistes. Dans Prendre parole, les journalistes contributeurs abordent chacun un aspect du métier.

Thomas Deshaies, un collègue de Radio-Canada parle du slow journalism dans l’univers numérique, Naël Shihab, un autre collègue, s'est spécialisé dans le traitement des données et est ainsi devenu un « journaliste-codeur ».

De son côté, Bouchra Ouatik, elle, fait au quotidien la chasse aux fausses nouvelles dans l’équipe des Décrypteurs de Radio-Canada, Michaël Nguyen est journaliste judiciaire au Journal de Montréal et Émélie Rivard-Boudreau est correspondante régionale pour plusieurs médias en Abitibi-Témiscamingue.

Quant aux « mamans » de ce livre, Marie-Ève Martel est journaliste au quotidien La Voix de l’Est et Gabrielle Brassard Lecours est journaliste indépendante et rédactrice en chef du média numérique Ricochet, qu'elle a cofondé il y a 7 ans.