•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 8 avril 2021

Une étude de faisabilité pour le wi-fi dans les autobus de la CTT

Wi-Fi dans les autobus de la CTT : une étude de faisabilité au printemps

Publié le 8 avril 2021
Des dizaines de navetteurs se pressent dans un autobus de la CTT dans le nord-ouest de Toronto pendant l'heure de pointe du matin.
Des dizaines de navetteurs se pressent dans un autobus de la CTT dans le nord-ouest de Toronto pendant l'heure de pointe du matin.PHOTO : Radio-Canada / (Ellen Mauro/CBC)

La Commission de transport de Toronto (CTT) vise une évaluation de l'efficacité et de la qualité d'un service de Wi-Fi sur certains autobus au printemps, selon un appel d'offre de l'agence publié le 31 mars. L'offre de wi-fi dans les autobus avait été proposée en juillet 2020 par les commissaires Alan Heisey et Jennifer McKelvie.

Le porte-parole de la CTT, Stuart Green, a indiqué par courriel que les trajets d’autobus n’ont pas encore été sélectionnés pour l’étude, mais l’agence se concentrera sur ceux qui se trouvent dans des quartiers faisant l'objet d'initiatives d'amélioration (NIA).

Si ce projet pilote est un succès, une expansion ultérieure est possible. Le plan de mise en œuvre sera examiné par le conseil d'administration de la CTT lors d'une prochaine réunion, a signalé Jennifer McKelvie, qui est aussi conseillère municipale. La démonstration de faisabilité permettra un meilleur accès pour tous les usagers de la CTT, annonce-t-elle.

Besoins dans les quartiers à faibles revenus

Dans leur motion en faveur de l’instauration du Wi-Fi dans les autobus au mois de juillet, Alan Heisey et Jennifer McKelvie ont souligné l’importance de s’assurer que les résidents à faibles revenus aient accès au Wi-Fi. Bien que toutes les stations de métro offrent un accès gratuit au réseau sans fil, 24 des 31 quartiers faisant l’objet d’initiatives d’amélioration n’ont pas de station de métro.

L’accès inégal à l’information et à des ressources [par internet] marginalise encore plus les résidents et étudiants à faible revenus, ont noté les commissaires dans leur motion.

Le plus de points d’accès à l’internet, le mieux c’est pour les personnes qui en dépendent ou qui utilisent ces points d’accès à l’extérieur de leur domicile pour complémenter leur réseau à la maison, pense Sam Andrey, directeur des politiques du Ryerson Leadership Lab.

En janvier 2021, le chercheur a cosigné une étude publiée par l'Institut Brookfield pour l'innovation + entrepreneuriat révélant que la moitié des ménages à faibles revenus à Toronto n’avaient pas une vitesse de téléchargement de 50 Mbits/s, la cible du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Jean-François Obregon, directeur du groupe torontois A Voice for Transit, se questionne toutefois sur les priorités de la CTT. Ce projet est une manière de combler le fossé numérique à Toronto, mais il y a peut-être d’autres manières d'utiliser les fonds publics en ce moment, dit-il.

Deuxième projet en 10 ans pour l'accès au Wi-Fi dans les autobus

L’offre de Wi-Fi sur la flotte d’autobus de la CTT a été étudiée pour la première fois en 2014. L’agence avait alors rapporté aux commissaires que le projet était réalisable, mais avait remis en question l’utilité du projet.

Les usagers qui utilisent des appareils qui peuvent se connecter au Wi-Fi dans l’autobus et les tramways ont presque certainement un plan de données, lit-on dans le rapport. L’utilisation mensuelle moyenne de données sans fil mobiles par les utilisateurs de téléphones intelligents a explosé depuis, passant de 988 Mo en 2014 à 2,5 Go en 2019, selon le Rapport de surveillance des communications 2019.