•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 25 février 2021

Culture :  Les aventures de la bande-dessinée franco-belge aux États-Unis

Les aventures de la bande-dessinée franco-belge aux États-Unis

Publié le 25 février 2021
Des figurines de Tintin, Capitaine Haddock et Milou sur des albums de Tintin.
Une conférence présentée par l’Alliance française de Toronto illumine que les bandes dessinées franco-belges n’ont pas été bien reçues aux États-unis lors de leur parution.PHOTO : Eric Veillette

Une conférence explique pourquoi les lecteurs américains démontrent une indifférence culturelle aux bandes dessinées francophones.

Si vous avez grandi en lisant les albums de Tintin, Astérix et Lucky Luke, un entretien entendu à l'émission matinale de Toronto va peut-être vous surprendre.

Une conférence présentée samedi par l’Alliance française de Toronto et The Beguiling montre que les bandes dessinées franco-belges, que l'on connaît très bien au Canada français, n’ont pas été bien reçues aux États-Unis lors de leur parution.

Ces bandes dessinées ont été accueillies aux États-Unis avec une indifférence inexplicable par rapport à la popularité qu'ils ont connue dans les pays francophones.

C’est le sujet de la conférence Tintin, Astérix & cie: la timide aventure américaine de la BD franco-belge au XXe siècle (Nouvelle fenêtre). La conférence se tiendra samedi à 14h sur Crowdcast.

Eric Veillette, reporter culturel à l’émission matinale de Toronto, s’est entretenu avec le conférencier, Jean-Paul Gabilliet, spécialiste de l'histoire culturelle de la bande dessinée à l'Université Bordeaux Montaigne.