•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 25 février 2021

Des négociations entre Unifor et des entreprises de l'économie de partage

Un chauffeur d’Uber torontois demande de meilleures conditions de travail

Publié le 25 février 2021
Une femme tient un téléphone intelligent sur lequel l'application d'Uber est en marche.
Les chauffeurs d'Uber de l'Ontario réclament d'être traités comme des employés et non comme des entrepreneurs indépendants.PHOTO : CBC/Julia Page

« Nous devons avoir un syndicat qui est fort, qui doit parler à Uber », lance Jean Ilembu qui conduit pour l'entreprise depuis trois ans.

Après avoir fait face à des contraintes liées à la pandémie qu'il juge injustifiées, le Torontois a recommandé à ses collègues d'appeler l'entreprise pour faire part des conditions de travail.

« Je ne sais pas si ils le font, mais moi je le fais », dit-il.

Jean Ilembu dit par exemple avoir attendu au froid pour une commande, à l’extérieur d’une succursale d’une chaîne de restauration rapide qui ne laissait pas entrer les livreurs.

Des fois, je reste là et j’appelle Uber. Je dis que ça fait 10 minutes que je suis dehors pour attendre une livraison de 5$. Si nous le faisons, c’est pour aider la communauté à rester à la maison, raconte le chauffeur.

Un homme portant une chemise bleue est assis à l'avant d'une voiture.

Le Torontois Jean Ilembu conduit pour l'entreprise Uber depuis trois ans.

Avec l'autorisation de Jean Ilembu

Jean Ilembu aimerait aussi recevoir une compensation de Uber pour certaines dépenses, comme l’utilisation de l’Autoroute 407.

Tu transportes quelqu’un pour un voyage d’environ 10$ puis on t’envoie la facture qui peut être d’environ 20$, explique-t-il. Il suggère que sa plaque d’immatriculation soit enregistrée pour éviter les frais.