•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 22 janvier 2021

Une chercheuse franco-ontarienne veut redonner la vue à des personnes aveugles

Une chercheuse franco-ontarienne veut restaurer la vision de ceux qui l’ont perdue

Publié le 22 janvier 2021
Un gros plan sur un oeil humain.
La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) se caractérise par une dégradation de la rétine pouvant mener à une perte de la vision centrale. PHOTO : iStock

Une équipe de scientifiques torontois veut permettre à des patients qui perdent la vision de manière partielle ou complète de la retrouver grâce à la création de cellules photoréceptrices.

La professeure et chercheuse franco-ontarienne Julie Lefebvre, qui enseigne à l’Université de Toronto en plus de faire des recherches à l’Hôpital pour enfants malades, fait partie du groupe.

Son équipe tente de déterminer si elle peut créer des photorécepteurs à partir de cellules souches qui seraient transposées dans la rétine de patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge ou d’autres maladies dégénératives. Ces maladies tuent les photorécepteurs et l’épithélium pigmentaire rétinien, une couche qui les nourrit. Ces deux couches de la rétine sont nécessaires pour assurer la vision.

Bien que des chercheurs se soient déjà penchés sur les thérapies de la rétine au fil des années, l’approche de l’équipe de Julie Lefebvre est différente.

Une femme portant un sarrau se trouve dans un laboratoire.

La chercheuse à l'hôpital pour enfants SickKids de Toronto Julie Lefebvre tente de restaurer la vision de personnes aveugles

Radio-Canada / Avec l'autorisation de Julie Lefebvre

On cherche vraiment à développer de nouvelles techniques pour améliorer la survie des cellules, les photorécepteurs, qu’on va transplanter dans la rétine qui dégénère, et on va développer des facteurs qui vont encourager les connexions entre les cellules transplantées et le reste de la rétine, explique la professeure.