•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matin pareils
Y a pas deux matin pareils
Audio fil du lundi 12 juin 2017

Francophonie : Jean Johnson,nouveau président de la FCFA

Jean Johnson : donner une voix à la francophonie canadienne

Publié le 12 juin 2017
M. Johnson en entrevue après son élection
Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA)PHOTO : Radio-Canada

Jean Johnson est pour la création d'un quartier francophone à Toronto

Le nouveau président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) (Nouvelle fenêtre) est en faveur de la création d'un quartier francophone ou d'une Maison de la francophonie à Toronto. Jean Johnson pense que les francophones ont besoin d'un point de rassemblement. Il donne en exemple le Quartier francophone d’Edmonton, dont il était directeur général. Même si la majorité des commerces de ce secteur sont anglophones, Jean Johnson indique que le quartier connaît un certain changement de culture et intègre de plus en plus les francophones.

Une plus grande représentation

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, le nouveau président a aussi indiqué qu’il voulait maintenir les bonnes relations de la FCFA avec les hauts fonctionnaires du fédéral. Il veut aussi être davantage en contact avec les élus d'Ottawa ainsi qu’avec le Sénat.


Jean Johnson aimerait que le gouvernement fédéral exprime clairement ses engagements envers la francophonie.

« On a vraiment besoin d’une déclaration de monsieur Trudeau au fait que les communautés de langues officielles en situation minoritaire sont une grande priorité. »

—  Jean Johnson, président FCFA

Le président de la FCFA réclame également un financement accru pour soutenir la francophonie (Nouvelle fenêtre).

Il rappelle l’importance de revoir la Loi sur les langues officielles qui n’a pas connu de refonte en 35 ans.

Tisser des liens

Après toute la controverse entourant la nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles et son retrait, Jean Johnson veut se tourner vers l’avenir. Il se réjouit de voir que bon nombre de ses collègues ont fait fi de leurs divisions pour aller de l’avant. À l'instar de l'ancienne présidente Sylviane Lanthier, Jean Johnson dénonce le processus qui avait menait à la nomination de Madeleine Meilleur, qu'il juge partisan.