•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 18 juin 2020

Des universitaires et des avocates demandent un dé-financement de la police

Plus de 1000 experts signent une lettre pour réduire le financement des services de police au Canada

Publié le 18 juin 2020
Les mots « Defund The Police » (Réduisez le budget de la police) peints sur une rue.
Les mots « Defund The Police » (Réduisez le budget de la police) ont été peints sur la rue menant à la Maison-Blanche, à Washington.PHOTO : Getty Images / Tasos Katopodis

Depuis la mort de George Floyd, le débat entourant le financement des services de police a pris de l'ampleur sur les réseaux sociaux avec le mot-clic #DefundThePolice.

Plus de 1000 universitaires et avocats au pays ont depuis signé une lettre ouverte (Nouvelle fenêtre) demandant un définancement de la police pour réaffecter ces ressources à l’éducation, au logement, à des salaires décents et aux initiatives de santé et de sécurité communautaires.

Le professeur à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa Joao Velloso est parmi les signataires de cette lettre. Il partage sa perception de l'enjeu.

« Définancer, c’est une question de réallocation des services, de réallocation plus efficace de l’argent des contribuables. »

—  Joao Velloso, professeur à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, Joao Vellloso propose différentes alternatives aux départements de police actuels.