•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les accents ne sont pas une mesure fiable de compétence linguistique

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du jeudi 5 mars 2020

Les accents ne sont pas une mesure fiable de compétence linguistique

Le mélange des langues, une tactique linguistique utilisée par les personnes bilingues

Shana Poplack, Titulaire de la chaire de recherche du Canada en linguistique
Shana Poplack, Titulaire de la chaire de recherche du Canada en linguistiquePHOTO : Université d'Ottawa
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 5 mars 2020

Une nouvelle étude démontre que l'accent d'une personne bilingue n'est pas un bon indicateur de la façon dont elle maîtrise une langue. La professeure éminente et titulaire de la chaire de recherche du Canada en linguistique de l'Université d'Ottawa, responsable de l'étude, Shana Poplack, le mélange des langues pour les personnes multilingues est une pratique tout à fait normale.

« Le mélange ne se fait pas de façon aléatoire. C’est une stratégie. »

—  Shana Poplack, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en linguistique de l’Université d’Ottawa

Elle continue en expliquant et présente les deux stratégies les plus utilisées par les communautés bilingues :

La transformation des mots : emprunter un mot d’une langue et l'adapter à la structure d'une autre tout en lui donnant la bonne structure, conjugaison et autres particularités linguistiques.

Changer la langue : par exemple, commencer en français et finir en anglais tout en respectant les normes linguistiques de chaque langue.

Les stratégies que les bilingues adoptent pour traiter les mots d’une autre langue […] sont universelles, explique Shana Poplack.

Shana Poplack ajoute que la prononciation de certains mots relève aussi de la communauté linguistique particulière dans laquelle elle est utilisée. Par exemple, elle explique qu’au Canada il est rare d'emprunter des mots anglais comme parking et de changer la prononciation du r pour le dire à la française, alors que ceci est la norme en France.