•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les négociations entre l'AEFO et le gouvernment

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du lundi 6 janvier 2020

Les négociations entre l'AEFO et le gouvernment

Pas d’entente en vue entre le gouvernement et l’AEFO

Un drapeau du syndicat des enseignants franco-ontariens.
Le conseil d'administration de l’AEFO se rencontrera le 11 janvier pour discuter des prochaines étapes des négociations avec le gouvernement provincial.PHOTO : Radio-Canada / Miguel Lachance
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 6 janvier 2020

Alors qu'une 4e journée de grève dans les écoles a été annoncée par le syndicat de la Fédération des enseignants et enseignantes du secondaire de l'Ontario (FEESO), aucune entente n'est pourtant en vue pour mettre fin à l'impasse entre le gouvernement provincial et plusieurs syndicats d'enseignant en Ontario. Rémi Sabourin, président de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), était en entrevue pour parler des prochaines étapes de la négociation syndicale.

« Avec le ralentissement des négociations et ce qu'on voit à la table de négociation, il va falloir se pencher sur les prochaines étapes et les moyens de pression que l’on pourrait mettre en place. »

— Une citation de  Rémi Sabourin, président de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens

Rémi Sabourin ajoute que le conseil d'administration de l’AEFO se rencontrera cette fin de semaine afin de parler du futur des négociations entre le syndicat et le gouvernement, ces dernières n'ayant pas du tout avancé pendant la période des Fêtes.

En décembre, 97 % des 11 800 membres de l’AEFO ont voté en faveur d’un mandat de grève. Rémi Sabourin explique que ce vote reflète une position unifiée, qui démontre une solidarité des éducateurs contre les coupes du gouvernement. Selon lui, ce consensus mettrait le syndicat dans une position de force.