•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'avant et l'après 15 novembre 2018 pour la députée Amanda Simard

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du vendredi 15 novembre 2019

L'avant et l'après 15 novembre 2018 pour la députée Amanda Simard

Amanda Simard revient sur le « jeudi noir » des Franco-Ontariens

Amanda Simard répond aux questions d'une journaliste au milieu d'une foule.
La députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard lors d'un rassemblement à Rockland en Ontario.PHOTO : Radio-Canada
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 15 novembre 2019

Il y a un an, le gouvernement ontarien annonçait l'abandon du projet de l'Université de l'Ontario français et l'abolition du Commissariat aux services en français. Ce jour, devenu pour plusieurs le « jeudi noir », a marqué les esprits et a surtout marqué un tournant dans la politique provinciale : le gouvernement devait soudainement faire face à la colère de la communauté franco-ontarienne. Amanda Simard, députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell, est revenue sur cette date marquante en entrevue à Y a pas deux matins pareils.

Amanda Simard est en quelque sorte devenue le symbole de la résistance franco-ontarienne après son départ du caucus conservateur en raison de l’annonce des compressions du gouvernement Ford. La députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell admet que le 15 novembre 2018 a eu un effet sur son parcours.

« Ça a complètement changé le travail, ma trajectoire politique et ma vie. »

— Une citation de  Amanda Simard, députée indépendante de Glengarry-Prescott-Russell

La députée indépendante croit que la communauté franco-ontarienne est maintenant plus forte que jamais.

Le prochain cheval de bataille, selon elle, sera de moderniser la Loi sur les services en français.