•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Audio fil du jeudi 29 août 2019

Des magazines pour un sentiment d'appartenance à la communauté francophone

Une pile de magazines scientifiques plus haute que la Tour CN sera distribuée à l’échelle du pays

Publié le 30 août 2019
Écrit en rouge
Logo Les DébrouillardsPHOTO : Les Débrouillards

Des élèves ontariens recevront un cadeau qui éveillera leur curiosité dès leur première journée d'école la semaine prochaine prochaine. À la rentrée scolaire, 470 classes d'écoles francophones de l'élémentaire et du secondaire en Ontario recevront gratuitement le numéro de septembre d'un magazine scientifique et éducatif.

Au total, ce sont 347 570 magazines qui seront distribués au pays. Si on les empilait toutes ces publications, la pile de magazines serait plus haute que la Tour CN.

Ainsi, des exemplaires des magazines Les Débrouillards, Les Explorateurs et Curium seront remis aux élèves et aux enseignants francophones du pays pour favoriser l’éveil scientifique des jeunes,

Si plusieurs ont connu Les Débrouillards dans sa version télévisuelle à Radio-Canada dans les années 1990, Les Débrouillards est d’abord un magazine qui existe depuis bientôt 40 ans.

Son fondateur Félix Maltais explique que ces magazines scientifiques destinés aux jeunes sont non seulement pertinents en classe de par leur contenu éducatif, mais servent aussi provoquer la discussion dans les familles.

« L’enfant a lu son magazine avant son parent, donc c’est lui qui devient la source d’information pour la famille. »

—  Félix Maltais

Quand la construction identitaire passe par le magazine

Celui qui a reçu à l'âge de 7 ans son premier ouvrage scientifique pour enfants estime que ces publications en francais peuvent contribuer à renforcer le sentiment d’appartenance à la francophonie canadienne, surtout en milieu minoritaire.

« « Moi je suis abonné à un magazine de vélo, et chaque mois, je sens que je fais partie du groupe des cyclistes. Un enfant qui reçoit son exemplaire des Débrouillards [...],chaque mois va sentir qu’il fait partie d’un groupe. C’est peut-être encore plus important hors-Québec; cette appartenance-là que renforce le lien avec son mensuel qu’il reçoit à l’école ou à la maison. » »

—  Félix Maltais