•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Écosocio avec Charlotte Mondoux-Fournier

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Audio fil du mardi 10 avril 2018

Écosocio avec Charlotte Mondoux-Fournier

Insectes au menu, la nouvelle tendance écolo gagne du terrain

Sauce tomate au ténébrion meunier de la compagnie torontoise One Hop Kitchen
Sauce tomate au ténébrion meunier de la compagnie torontoise One Hop KitchenPHOTO : Radio-Canada
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 10 avril 2018

Deux jeunes entrepreneurs de Toronto ont mis au point une sauce tomate à la viande durable. Leur truc? Miser sur des protéines d'insectes plutôt que sur des protéines animales.

Une chronique de Charlotte Mondoux-Fournier

Grillon, grillon arrabatia, ou ténébrion meunier sont les trois choix de sauces bolognaises (ou plutôt bug-lognese) que proposent pour l'instant les créateurs de One Hop Kitchen (Nouvelle fenêtre).

Les deux frères Eli et Lee Cadensky sont à l'origine du projet. Ils ont mis au point des protéines texturées à base d'insectes, qui peuvent facilement être cuisinées, puis intégrées à leurs recettes de sauces tomates.

À première vue, ces sauces n'ont rien d'étrange. L'odeur et le goût ressemblent même à s'y méprendre aux versions traditionnelles. One Hop Kitchen tient toutefois une promesse ambitieuse : faire une sauce bolognaise tout aussi savoureuse que la recette traditionnelle à la viande tout en économisant 1900 litres d'eau pour un contenant de 425 grammes.

Lee Cadesky, co-fondateur de One Hop Kitchen

Radio-Canada

Pourquoi la protéine d'insectes est-elle plus écologique que la protéine animale?

  • L'élevage des insectes demande moins de ressources que l'élevage bovin (eau, pesticides, etc.).
  • Les insectes demandent 4 à 5 fois moins de nourriture par livre de viande produite.
  • Les insectes ne produisent qu'une fraction des gaz à effet de serre qui sont émis par les animaux d'élevage.
  • Contrairement aux bovins, les insectes ne sont pas nourris avec de la nourriture destinée à des humains.

Manger des insectes pour nourrir la planète

Depuis quelques années déjà, on prédit que les insectes feront partie de la prochaine grande révolution alimentaire. L'ONU a d'ailleurs produit certains rapports à ce sujet, affirmant que l'entomophagie pourrait devenir une stratégie efficace pour lutter contre la faim dans le monde et nourrir les populations du futur.

Deux milliards de personnes consomment déjà des insectes de façon régulière à travers le monde. Même si la pratique est moins répandue en Occident, elle semble lentement gagner les assiettes canadiennes. Plus tôt cette année, Loblaws innovait en vendant sa farine de grillons de marque maison, réputée riche en protéines. On retrouve aussi ce genre de poudre dans certaines barres protéinées pour sportifs.

Signe qu’on ne sait jamais quel ingrédient inédit pourrait se retrouver dans nos assiettes.