•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les Bouchardises  :  le Marché afro-caribéen de Toronto

Y a pas deux matins pareils, Ici première
Rattrapage du jeudi 8 juillet 2021

Les Bouchardises  :  le Marché afro-caribéen de Toronto

Une vitrine pour l’entrepreneuriat gourmand afro-caribéen à Toronto

Khadyja Ndoye pose devant une murale pendant qu'une personne coupe de la canne à sucre.
Khadyja Ndoye est la responsable de la liaison inter communautaire pour le Marché afro-caribéen de Toronto.PHOTO : Radio-Canada / Jonathan Bouchard
Y a pas deux matins pareils, Ici première
Y a pas deux matins pareilsPublié le 8 juillet 2021

CHRONIQUE | Chaque dimanche, un stationnement municipal à l'angle des avenues Eglinton Ouest et Oakwood, à Toronto, est le point de convergence de commerçants et de clients en quête de saveurs et de gourmandises du continent africain et des Caraïbes. Situé en plein cœur de la Petite Jamaïque, le marché fermier afro-caribéen de Toronto est une source de dynamisme et d'espoir.

Le marché veut dynamiser un quartier marqué par le chantier de construction de la ligne Eglinton Crosstown.

Pour Khadyja Ndoye, la responsable de la liaison interculturelle du marché, le projet est l’endroit tout indiqué pour mettre en valeur l’entrepreneuriat des communautés noires.

C’est important d’aider ces entrepreneurs noirs à avoir une meilleure visibilité et de les soutenir dans leur business. C’est important d’avoir ça à Toronto, croit-elle.

Le Marché fermier afro-caribéen de Toronto compte une quinzaine de kiosques où l’on peut trouver des produits frais, des condiments, des mets cuisinés ou encore de l’artisanat.

Pour l’instant, ce rendez-vous va se tenir chaque dimanche jusqu’en octobre. Khadyja Ndoye souhaite toutefois qu'il devienne permanent et qu’il [fasse] partie intégrante des marchés, comme le St- Lawrence Market et pourquoi pas avoir le Marché fermier afro-caribéen aussi connu et aussi populaire, lance-t-elle.