•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 avril 2021

Les Canadiens dépendent-ils de la région de Peel?

L’économie canadienne tributaire de la région de Peel, aux dépens des travailleurs?

Publié le 30 avril 2021
Un employé prépare une boîte.
Un centre de distribution d'Amazon Canada à Brampton, en Ontario.PHOTO : La Presse canadienne / Chris Young

Dans la région de Peel, les entrepôts, usines et centres logistiques desquels dépendent les Canadiens se comptent par dizaines. Chaque jour, la moitié des travailleurs de la région s'y rendent pour travailler en personne.

Un chiffre démontre leur importance : 40% des marchandises achetées en magasin à travers le Canada passent par Brampton, d'après un membre de la communauté d'affaires.

Selon le Dr. Lawrence Loh, médecin hygiéniste en chef de la région, les nombreuses usines et entrepôts expliquent le nombre élevé de cas de COVID-19. Bien qu’ils représentent des milieux de travail à risque, leur importance est capitale pour l'économie canadienne, suggère le président de la chambre de commerce de Brampton.

« La main-d'œuvre de Brampton est essentielle au bon fonctionnement de la société canadienne »

—  Todd Letts, président de la chambre de commerce de Brampton

11 milieux de travail sont présentement fermés par le bureau de santé de la région de Peel en vertu de la section 22 de la Loi protection et la promotion de la santé. La liste compte deux entrepôts d’Amazon, un centre de tri de Canadian Tire et un centre de tri de Postes Canada, qui prévoit des délais dans la livraison de courrier international.

Une économie plus grande que celle de la Saskatchewan

Le PIB de Brampton atteint les 88 milliards de dollars, affirme Todd Letts. Un PIB plus élevé que celui de la Saskatchewan ou du Manitoba. Cela s’explique par la présence de pôles économiques comme l’aéroport Pearson, la zone économique qui l’entoure et le terminal intermodal de Brampton où des conteneurs sont échangés entre train et camions.

La région de Peel est un aimant pour les travailleurs, évalue Todd Letts. 70% des personnes qui travaillent à Brampton sont employés de l’industrie des services, qui inclut le commerce de détail, l’entreposage et la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

L’augmentation des ventes en ligne depuis le début de la pandémie signifie que les entrepôts et usines des banlieues torontoises ont été encore plus sollicités et continueront de l’être au cours des prochaines années. Pour répondre à la demande, le gouvernement fédéral cherche à se tourner vers les régions avoisinantes, comme Halton.

Un projet à Milton pour réduire la pression sur la région de Peel

Le 21 janvier 2021, après des années de consultation, le gouvernement a approuvé la construction d’un nouveau pôle logistique, comme celui de Brampton, à Milton. Dans un examen fédéral du projet publié un an plus tôt, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) explique que la construction du pôle est nécessaire puisque les épiceries et les grandes entreprises telles que Canadian Tire, Lowe’s, Walmart et Amazon demandent que leurs produits « soient livrés rapidement, à faible coût, ce qui nécessite une chaîne d'approvisionnement plus flexible, efficace et fiable ».

En février 2021, la municipalité régionale de Halton a toutefois présenté une demande de contrôle judiciaire en Cour fédérale parce qu’elle s’oppose au projet. C’est comme la question du logement abordable : tout le monde veut du logement abordable, mais personne ne veut qu’il soit construit près de leur maison jumelée, commente le chercheur Frank Clayton, du Centre for Urban Research and Land Development de l’Université Ryerson.