•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Y a pas deux matins pareils, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 9 avril 2021

Les libéraux de la région de Toronto se préparent au congrès du parti

La relance au cœur des discussions des libéraux de la grande région de Toronto

Publié le 9 avril 2021
Justin Trudeau.
Le premier ministre Justin Trudeau au Parlement.PHOTO : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

À l'occasion de ce qui pourrait être le dernier congrès libéral avant le déclenchement d'élections fédérales, les membres du parti débattent, du 8 au 10 avril, de la nécessité de lancer un revenu de base garanti et de la possibilité d'instaurer des normes nationales pour les foyers de soins de longue durée.

Selon Julie Dabrusin, députée libérale de Toronto-Danforth, le congrès représente une opportunité pour le parti de comprendre ce que ses sympathisants souhaitent voir comme politique, en plus de parler de la relance économique du pays.

Des membres en faveur d’un revenu de base

Cette relance pourrait passer par la création d’un revenu de base, une mesure qui figure parmi les huit résolutions soumises en mode accéléré. Je pense que ça pourrait être une bonne mesure, affirme Julie Dabrusin, qui note l’existence de revenus garantis sous d’autres formes, telles que l’allocation canadienne pour enfants et le Supplément de revenu garanti aux aînés. Pour sa part, le premier ministre Justin Trudeau n’a pas indiqué s’il appuyait un revenu de base.

Selon les commanditaires de la motion en faveur du revenu de base, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) s’est avérée à la fois efficace et populaire. Philippe Archambault, qui a représenté le Parti Libéral dans la circonscription de Lanark–Frontenac–Kingston lors de l'élection de 2015, a des réserves quant à la pérennisation de la PCU.

En tant que petit employeur, la PCU nous a rendu la vie difficile pour recruter. J’ai des gens qui me disaient : Je ne peux pas faire trop d'heures puisque ça aura un impact sur l’argent que le gouvernement me donne. Il faudrait que je vois un projet pilote pour voir ce que ça donnerait comme résultat, dit-il.

Jordan Derochie aidait la candidate libérale durant l’élection partielle de Toronto-Centre, en octobre. Chaque jour, on a entendu des personnes disant : On a besoin du revenu minimum, clame le membre de l’aile jeunesse du parti.

La députée fédérale de Toronto-Danforth, Julie Dabrusin

La députée fédérale de Toronto-Danforth, Julie Dabrusin

Radio-Canada / Jonathan Bouchard

La santé au coeur des discussions

Philippe Archambault apprécie que le gouvernement ait pris un virage plus progressiste et qu’une résolution favorise la mise en place d’un régime universel d’assurance-médicaments. L’idée faisait aussi partie de la campagne électorale du parti en 2019.

C’est important que le Parti Libéral ait été un peu plus à gauche. Je trouve que les gouvernements sont là pour essayer d’aider les moins fortunés à arriver à des niveaux de vie qui sont plus acceptables, dit-il.

Bien que rejetée du revers de la main par les premiers ministres provinciaux lors de la pandémie, la création de normes nationales pour les foyers de soins de longue durée sera aussi discutée parmi les membres du parti.

Ce qu’on a vu [dans les foyers de soins de longue durée] pendant la pandémie, c’est déplorable. Ce qu’on a entendu des Forces armées canadiennes, c’était difficile à entendre, affirme la députée Julie Dabrusin, qui appuie la mise en place de normes nationales.