•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

«Fatbike» explosion des primes d’assurance :  entrevue avec Vincent Chénier

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du lundi 17 janvier 2022

«Fatbike» explosion des primes d’assurance :  entrevue avec Vincent Chénier

De 900$ à 11 800$ : les primes d’assurance pour les fatbikes explosent

Deux cyclistes pratiquent le vélo à pneus surdimensionnés l'hiver.
Le «fatbike» gagne en popularité dans la région. PHOTO : Getty Images / vm
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 18 janvier 2022

Le « fatbike » gagne en popularité dans la région, mais l'explosion des primes d'assurance pourrait bien forcer la fermeture des quelques clubs qui travaillent à l'émergence de ce sport.

Il y a quelques mois, l'administrateur du Club Fatbike lac Brompton a reçu un message de son assureur. Il nous a annoncé qu'il ne renouvelait pas son contrat avec nous. Alors on a fouillé et on a fait nos recherches pour en trouver un nouveau, mais le coût est très élevé, explique Vincent Chénier, en entrevue sur les ondes de Radio-Canada.

La saison dernière, le club a déboursé 900 $ pour ses assurances. Cette saison-ci, cette somme s'est élevée à 11 800 $.

C'est difficile à expliquer... les assureurs n'ont pas évalué les risques et ils ne veulent pas couvrir ce qu'ils ne connaissent pas. Ils nous placent dans la même catégorie que le vélo de montagne, alors que le fatbike est un sport complètement différent, se désole-t-il.

Au club de Brompton, 90 % des sentiers sont de niveau intermédiaire ou débutant. Les pistes sont larges pour qu'elles puissent accueillir les motoneiges et elles sont surtout utilisées par des familles. Selon Vincent Chénier, les assureurs devraient affiner leurs connaissances de ce sport pour assurer son développement.