•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Un échafaudage s'effondre chez Domtar :  l'encadrement du métier d'échafaudeur

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mardi 26 octobre 2021

Un échafaudage s'effondre chez Domtar :  l'encadrement du métier d'échafaudeur

Accident chez Domtar : les normes du métier doivent être revues, selon un échafaudeur

L'usine Domtar, à Windsor.
L'usine Domtar, à WindsorPHOTO : Pixel Nord
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 27 octobre 2021

L'écroulement de l'échafaudage à l'usine Domtar de Windsor, qui a blessé gravement trois travailleurs, soulève des questions quant à l'organisation entourant l'installation et la vérification de tels équipements. Bernard Riverin, de l'entreprise SPE International, estime qu'une réforme de la règlementation est nécessaire pour assurer la sécurité de tous.

L'entreprise SPE International est un sous-traitant de l'usine Domtar, et est spécialisée dans l'installation d'échafaudages. Ce n'est pas le sous-traitant impliqué dans l'accident.

Bernard Riverin soutient qu'il y a de grosses lacunes et des problèmes concernant les normes entourant ce métier au Québec.

Ce n'est pas un métier reconnu comme dans d'autres provinces canadiennes ou des états américains, déplore-t-il. Ailleurs, il y a trois ans d'apprentissage et des tests. Ce qui donne un certain niveau et une certaine qualité chez les monteurs d'échafaudages.

« Ici, avec un cours de quelques heures le samedi, on donne une approbation d'échafaudeur qui donne le droit de monter des échafaudages. N'importe quel compagnon de n'importe quel corps de métier a le droit lui-même de modifier un échafaudage, et d'en monter. »

— Une citation de  Bernard Riverin, SPE International

Bernard Riverin soutient que cela veut dire qu'un échafaudeur peut alors modifier une structure qui a été montée de façon très sécuritaire. Il ne fait pas de suppositions sur la situation actuelle, mais il soutient que très souvent, ce sont les modifications qui étaient la cause de la défaillance. Cette pratique est formellement interdite dans les autres provinces, affirme-t-il, car cela a été démontré que « cela pouvait être mortel ».

Qu'est-ce qui s'est passé ici? [Pour une telle structure], il devait y avoir un plan d'ingénierie, il devait y avoir des plans. Est-ce que c'est la structure qui a failli? L'échafaudage? Un problème avec les contracteurs? On ne peut pas encore en parler puisque c'est sous enquête, mais souvent ce qu'on voit dans des accidents, c'est que des modifications ont été apportées par les échafaudeurs d'autres corps de métier, ce qui va souvent les mettre en danger.