•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

30 minutes avec une personnalité de la région :  Christine Labrie

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du vendredi 13 août 2021

30 minutes avec une personnalité de la région :  Christine Labrie

30 minutes avec une personnalité de la région : la députée de Sherbrooke Christine Labrie

Christine Labrie
Christine Labrie, candidate de Québec solidaire dans la circonscription de Sherbrooke.PHOTO : www.facebook.com/ChristineLabrieQS/
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 14 août 2021

Cet été, l'émission Vivement le retour va à la rencontre de personnalités estriennes dans le cadre de sa série « 30 minutes avec une personnalité de la région ». Cette semaine, on s'est entretenu avec la députée de Québec solidaire de Sherbrooke et leader parlementaire du parti Christine Labrie.

La politicienne est née à Sherbrooke et a grandi à Orford, puis à Rock Forest. Aujourd’hui, elle affectionne particulièrement le centre-ville sherbrookois.

C’est un quartier que j’aime beaucoup. Il y a de l’effort qui est mis dans le centre-ville pour, par exemple, qu’il y ait des œuvres d’art urbaines. On le voit avec les mosaïcultures cet été, il y a un dynamisme intéressant, souligne-t-elle.

Elle ajoute qu'il lui reste beaucoup à découvrir dans la région estrienne.

On a souvent campé dans d’autres régions du Québec, la Côte-Nord, l’Abitibi. On a parcouru le Canada aussi, mais en Estrie, on n’a pas beaucoup exploré. On commence à le faire pour des sorties de week-end, indique-t-elle. Elle a notamment récemment passé une fin de semaine à Lac-Mégantic, et espère bientôt pouvoir parcourir les corridors bleus de Sherbrooke en kayak.

Un intérêt pour la politique sur le tard

La députée indique avoir pris goût à la politique sur le tard.

On ne parlait pas de politique chez moi. C’était vraiment exceptionnel. Je me souviens d’avoir visionné le débat des chefs pendant des campagnes électorales, mais on ne parlait pas de ça sur une base régulière à la maison. C’est au cégep que j’ai commencé à plus comprendre, m'intéresser à ça, puis à développer un intérêt citoyen, se remémore-t-elle.

La crise étudiante de 2012 a notamment contribué à son éveil politique.

« Il y a eu un intérêt multiplié, car on était frappés de plein fouet par des décrets gouvernementaux. C’est vraiment venu à l’âge adulte, mon souci de me faire entendre comme citoyenne d’abord, puis de me lancer en politique après avoir accumulé les insatisfactions, je vais dire ça comme ça, par rapport aux dirigeants politiques. »

— Une citation de  Christine Labrie, députée de Sherbrooke

Ces insatisfactions l'ont poussée à vouloir faire bouger les choses. La patience n’est pas ma principale qualité, pour être franche, et ça fait partie des raisons pour lesquelles je me suis lancée en politique. J’étais impatiente de voir certains changements arriver. Maintenant que je me frotte à la machine politique, je réalise qu’il y a beaucoup de barrières, même pour les gens qui sont en place. Je regarde les ministres, et je vois que même eux n’arrivent pas à implanter les choses qu’ils voudraient faire.

« Ce n’est pas toujours simple d’amener des changements, et pourtant, ces changements sont nécessaires. »

— Une citation de  Christine Labrie, députée de Sherbrooke

De son rôle de députée, elle dit cependant particulièrement apprécier l’étude des projets de loi.

J’aime entendre des groupes venir nous expliquer les impacts des projets de loi, les modifications qu’ils nous proposent, et débattre après avec les autres formations politiques des amendements qu’on peut faire pour améliorer le projet. C’est un travail minutieux, le choix de chaque mot. On n’est pas dans la politique spectacle, on est dans le fin détail pour s’assurer que le projet de loi ait l’impact le plus positif possible, explique-t-elle.

Elle se dit aussi très fière de son travail dans le dossier des violences sexuelles et conjugales. On est en train de franchir de grands pas au niveau des mentalités au Québec sur ce dossier-là. Ça ne va pas aussi vite que je voudrais, mais on n’a jamais parlé autant de ces enjeux-là, il n’y a jamais eu autant d’investissements qui ont été faits pour lutter contre ces violences-là.

Et bien qu’elle n'ait pas l'intention de se lancer en politique fédérale, elle compte suivre les prochaines élections avec attention.

Toutes les campagnes électorales sont vraiment intéressantes, je trouve, car ça nous permet de saisir où s’en vont les différentes formations politiques. Ce qu’elles nous proposent comme projets de société, il faut prendre le temps en tant que citoyen d’être à l’écoute de ces propositions-là. On vit des enjeux très importants au Québec en ce moment. Chaque enjeu qu’on vit en tant que société a des ramifications dans tous les paliers de gouvernement, remarque-t-elle, en prenant comme exemple la crise du logement.

Dans ses temps libres

À la maison, la députée aime particulièrement passer du temps dans son potager. Je trouve que c’est très zen, et tellement émouvant de voir pousser les semis qu’on démarre au printemps, de mettre ça en terre, de regarder les pollinisateurs faire leur œuvre. [...] Ça me calme et me permet de me changer les idées.

Le tricot lui permet aussi de faire le vide.Je tricote beaucoup depuis les derniers mois. C’est quelque chose à quoi je me suis initiée grâce à des tutoriels trouvés sur internet. Je suis quand même fière d’avoir réussi à démystifier un patron de tricot. [...] Ça me détend.

Elle passe aussi du temps à vélo pour arpenter les vallons et les collines de Sherbrooke et du reste du Québec. Elle a d’ailleurs passé ses dernières vacances en vélo-camping autour du Lac-Saint-Jean avec sa famille.