•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 9 juin 2021

Consommation :  les dessous des prêts auto selon l'ACEF Estrie

Consommation :  les dessous des prêts auto

Publié le 9 juin 2021
Des voitures de différentes couleurs alignées.
CAA-Québec propose plusieurs vérifications avant de procéder à une transaction.PHOTO : Getty Images / welcomia

Les personnes qui souhaitent acheter une automobile ont intérêt à faire attention aux prêts qui leur sont offerts. Ces derniers peuvent cacher de nombreux pièges, selon Sylvie Bonin de l'ACEF (Association coopérative d'économie familiale) Estrie.

La tendance actuelle est d'offrir aux consommateurs des prêts auto pour de longues périodes. Traditionnellement, ces prêts avaient une durée de cinq ans, mais une étude a révélé que la durée des modalités de remboursement était passée à huit ans dans les dernières années, explique Mme Bonin. Les commerçants s'informent du montant que les acheteurs sont prêts à payer chaque semaine et leur offrent ainsi une voiture plus chère en proposant au client de payer le montant souhaité pour une plus longue période. Les gens se laissent tenter sans tenir compte du prix du véhicule et le montant supplémentaire qu'ils auront à payer.

Le magazine Protégez-vous a effectué des tests incognito en 2014 et a constaté que cinq concessionnaires sur six recommandaient des modèles plus chers que ce que le consommateur convoitait au départ.

Selon une étude de L'Agence de la consommation en matière financière du Canada, la commission du prêteur est plus importante si le prix de l'auto est plus cher ou si les intérêts sont plus élevés. Pour une automobile de 30 000 $, la commission du vendeur peut passer de 120 $ à 900 $.

Cette dynamique malsaine de financement amène des abus envers les consommateurs, explique Mme Bonin. Ceux-ci paient leurs véhicules plus longtemps. Ils achètent une voiture qu'ils n'ont pas nécessairement les moyens d'acquérir et paient des intérêts plus élevés.