•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mardi 8 juin 2021

Kanak, le chien de soutien du SPS à la retraite, faute de motivation selon Mira

Pourquoi Kanak, le chien de soutien du SPS, est-il parti à la retraite?

Publié le 8 juin 2021
Un labrador noir
Kanak, le chien de soutien du SPS, avait perdu l'intérêt pour son travail.PHOTO : Radio-Canada / Martin Bilodeau

L'heure de la retraite a sonné pour Kanak, le chien de soutien psychologique du Service de police de Sherbrooke. Certains signes laissaient présumer que le chien ne voulait plus faire son travail, ce qui a été respecté.

La Fondation Mira, collaborateur du projet avec le SPS, a procédé à une évaluation pour valider certaines observations des collègues de Kanak. Ceux-ci avaient remarqué que le chien avait de la difficulté à effectuer sa tâche, avait la tête basse. Les enquêteurs voyaient qu'il ne voulait plus se faire flatter, et qu'il n'était plus content de voir des personnes.

Ce sont des signes clairs et nets que le chien avait le goût d'avoir la paix, explique Nicolas Saint-Pierre, directeur de la Fondation Mira.

Nicolas Saint-Pierre rappelle que les conditions de vie des chiens de soutien sont particulières; ils se font trimbaler dans différentes situations, vivent des émotions intenses au moment d'une crise. Les chiens ne sont pas insensibles à ces situations à haute tension, et à long terme, cela les épuise. De plus, ils sont sollicités tous les jours.

Le cas de Kanak était aussi différent des autres chiens d'assistance, qui eux, sont toujours avec leur propriétaire, ce qui entraîne une dynamique différente. La Fondation Mira dit avoir appris de cette expérience.

Kanak a été le premier chien policier au Québec affecté au soutien émotionnel des victimes. Au cours de ses années de service, il a effectué 429 interventions pour assurer divers types de soutien. Il a d'ailleurs acquis une réputation internationale, et plusieurs corps policiers ont adopté ce modèle de soutien.