•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La Sherbrooke, une poutine primée en France au Poutine Week

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du vendredi 19 février 2021

La Sherbrooke, une poutine primée en France au Poutine Week

La Sherbrooke, une poutine primée lors de la Poutine Week, en France

La poutine Sherbrooke
La poutine SherbrookePHOTO : PoutineBros
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 19 février 2021

C'est la Sherbrooke qui a remporté les grands honneurs de la catégorie internationale de la Poutine Week, qui s'est déroulée du 1er au 7 février.

La Sherbrooke, c'est une poutine constituée, en plus des ingrédients habituels, de chorizo, de champignons de Paris sautés et de poulet pané. Elle est au menu du restaurant PoutineBros, situé à Rennes, en France.

Nicolas Gaudin ne connaissait même pas Sherbrooke lorsqu'il a décidé de donner le nom de la reine des Cantons-de-l'Est à sa création.

« Je connais plutôt bien Montréal. Sherbrooke, ça me parle par la station de métro, par l'Université qui est à Longueuil, à côté, mais, non, je ne connais pas la ville. »

—  Nicolas Gaudin, copropriétaire du PoutineBros

Toutes nos poutines, on a toujours voulu leur donner des choses qui nous parlent de Montréal, parce que mon frère y habite, explique-t-il. Ce sont les stations de métro où on a pu sortir ensemble, où mon frère a pu vivre. On a une poutine Frontenac aussi.

Le premier contact de Nicolas Gaudin avec la poutine s'est fait lors d'un voyage en 2013 avec son deuxième frère, Camille. Les trois frères se sont rendus à Poutineville, sur la rue Ontario. Ce fut un gros coup de coeur, admet-il. On en a mangé plusieurs et lorsque nous sommes rentrés en France [...] Camille a eu l'idée de monter un Poutineville, en France.

Il mentionne que le plat s'est démocratisé dans son pays, et que les Français savent habituellement à quoi s'attendre lorsqu'il commande le plat. Cela n'a pas toujours été le cas, avoue-t-il.

« Au début, entre ceux qui croyaient que c'était un plat russe, à cause du nom, et ceux qui pensaient à un gros gloubi-boulga, il a fallu faire un peu de pédagogie pour leur faire comprendre ce qu'on leur offrait à manger. »

—  Nicolas Gaudin, copropriétaire du PoutineBros

En Estrie, c'est la poutine au confit de canard et poires du restaurant OMG qui a remporté la palme de la meilleure poutine.