•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chronique scolaire :  les difficultés d’apprentissage et les plans d'intervention

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 23 février 2022

Chronique scolaire :  les difficultés d’apprentissage et les plans d'intervention

Les difficultés d’apprentissage et l'utilité des plans d'intervention

Un élève qui tient un crayon dans ses mains.
ArchivesPHOTO : Radio-Canada / Josée Ducharme
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 24 février 2022

De nombreux élèves sont aux prises avec des difficultés d'apprentissage. Il s'agit d'enfants qui n'arrivent pas à répondre aux exigences du milieu scolaire. Cependant, ces derniers peuvent bénéficier de services spécialisés, adaptés à chacun.

Parmi les troubles d’apprentissage, on retrouve la dyslexie, la dyslexie-dysorthographie, la dysphasie, la dyscalculie ou encore les troubles de comportement. Selon Gabrielle Garon-Carrier, psychoéducatrice à l'Université de Sherbrooke, ce qui varie beaucoup, c'est les raisons sous-jacentes à ces difficultés. Certains enfants peuvent éprouver des difficultés temporaires en raison de changements importants dans leur environnement, comme un divorce, de la mortalité ou un déménagement. D'autres jeunes peuvent avoir un dysfonctionnement, comme des difficultés d'acquisition de nouvelles connaissances, de rétention et de compréhensions.

Le plan d’intervention

Le plan d'intervention demeure l'outil le plus utilisé en milieu scolaire depuis plusieurs années. C'est la feuille de route qui indique au professionnel et aux parents les services à offrir à l'élève en fonction de ses besoins. À l'intérieur d'un plan d'intervention, on retrouve habituellement les capacités de l'élève, ses besoins, les objectifs à atteindre et les compétences à développer au cours de l'année scolaire. Pour atteindre les objectifs fixés, les responsables peuvent indiquer des accommodements particuliers, comme laisser plus de temps au jeune pour faire son examen ou encore inclure des stratégies d'interventions de services, comme de la psychoéducation ou d'orthophonie.

Ces plans sont réfléchis, élaborés, discutés, de manière concertée avec l'élève, les parents, la direction d’école et les spécialistes, explique Gabrielle Garon-Carrier.

Se préparer pour un plan d’intervention

Recevoir un plan d'intervention peut générer du stress chez les parents, mais pour la grande majorité, cela démontre que l'école a à cœur la réussite éducative des enfants.

« Au final, l'objectif demeure la réussite de l'enfant. »

— Une citation de  Gabrielle Garon-Carrier, psychoéducatrice à l'Université de Sherbrooke

Les parents sont invités à s'impliquer, parce que le plan d'intervention joue un rôle important sur la trajectoire de diplomation de l'enfant.