•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique scolaire :  la motivation à l’école

Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 24 novembre 2021

Chronique scolaire :  la motivation à l’école

Comment garder un jeune motivé pour l'école

Les pieds d'élèves dans une classe.
Les activités associées au parascolaire aident souvent les jeunes à rester motivé dans leurs cours (archives).PHOTO : Radio-Canada / Josée Ducharme
Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retourPublié le 24 novembre 2021

Votre enfant ne semble pas motivé à l'idée d'aller à l'école? Il existe deux types de motivation et il y en a une qui donne de meilleurs résultats selon Gabrielle Garon-Carrier, psychoéducatrice à l'Université de Sherbrooke.

La motivation est l'ensemble des raisons qui nous poussent à nous engager dans une activité. Ses deux formes sont l'intrinsèque et l'extrinsèque. L'enfant qui aime aller à l'école et trouve que l'éducation est importante est une forme de motivation intrinsèque. Un enfant qui se rend à l'école pour éviter des représailles de la part de ses parents ou pour gagner un meilleur salaire sur le marché du travail le fait pour des motifs extrinsèques.

La motivation intrinsèque est habituellement un meilleur carburant pour encourager les jeunes à rester sur les bancs d'école.

Les études démontrent que les élèves qui participent à la vie scolaire et aux activités éducatives pour le plaisir obtiennent de meilleurs rendements, fournissent un plus grand engagement dans leurs études et démontrent une meilleure persévérance scolaire. Un élève motivé de façon intrinsèque a une meilleure capacité de rétention, sera plus attentif en classe, va recourir à de meilleures stratégies d'apprentissage et sera plus concentré.

Ce qui motive les enfants

Les enfants se montrent motivés de façon intrinsèque lorsqu'ils se sentent compétents, autonomes et acceptés par les autres.

Ces constats sont appuyés par des centaines d'études qui montrent que le besoin chez l'enfant de se sentir compétent favorise sa réussite à tous les stades de son développement, souligne Gabrielle Garon-Carrier.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à soutenir ce sentiment d'autonomie et de compétence, comme la qualité des relations sociales, le soutien offert à l'école ou les pratiques pédagogiques. Le seul fait de laisser l'élève choisir le sujet de son travail scolaire peut contribuer à soutenir son estime de soi et sa motivation. Un milieu scolaire trop contrôlant et très rigide réduit le niveau de motivation des élèves.