•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Vivement le retour, ICI Première
Vivement le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 17 mars 2021

Impôts 2020 :  les déductions de dépenses liées au télétravail

Impôts 2020 :  les déductions de dépenses liées au télétravail

Publié le 17 mars 2021
Une déclaration fédérale.
Ce n'est pas demain que les Québécois cesseront de faire deux déclarations de revenus.PHOTO : iStock


Vous avez fait du télétravail en 2020 et vous avez plein de questions relativement à vos déclarations de revenus? Voici les conseils de Sarah Phaneuf, associée en fiscalité au cabinet Raymond Chabot Grant Thornton, à Sherbrooke.

Les deux paliers de gouvernement ont apporté des modifications afin d'adapter les déclarations de revenus des travailleurs et des travailleuses aux nouvelles réalités du télétravail.

En vertu des nouvelles règles fiscales, les Canadiens qui ont travaillé à domicile plus de 50 % du temps, et pour une période d'au moins quatre semaines consécutives, seront admissibles à la déduction simplifiée des frais de bureau.

Il suffit de calculer 2 dollars pour chaque journée de télétravail jusqu'à concurrence de 200 jours, ce qui représente des déductions maximales de 400 dollars. Vous n’aurez pas à fournir un formulaire de votre employeur ni à conserver des pièces justificatives pour fins de vérification.

Ces conditions s’appliquent autant pour la déclaration provinciale que fédérale.

Selon Sarah Phaneuf, une très grande majorité de gens vont opter pour le formulaire simplifié... parce qu'il est plus simple!

"Les gens, ça ne les intéresse pas nécessairement de se casser la tête à chercher des factures", souligne-t-elle.

La méthode détaillée pourrait toutefois être plus avantageuse.

Avec cette méthode, les factures de loyer, d’électricité, d’internet, de téléphone, de fournitures de bureau et d’entretien résidentiel pourront être en partie déductibles. La valeur de ces frais doit être déterminée en fonction du pourcentage d’utilisation pour le travail par rapport à l’ensemble du domicile. Cependant, les dépenses en capital, comme un bureau ou une chaise, ne peuvent toujours pas être déduites.

Un télétravailleur qui gagne un salaire moyen et qui utilise le quart de son appartement pour le travail pourrait ainsi obtenir davantage que les 400 dollars offerts par la démarche simplifiée.

Sarah Phaneuf suggère de faire le calcul, pour déterminer la méthode la plus avantageuse.