•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Noël dans une fratrie de 12 : Les souvenirs de Maxence et Emmanuel Bilodeau

Tricotées serrées, ICI Première.
Veille de Noël en famille

Noël dans une fratrie de 12 : Les souvenirs de Maxence et Emmanuel Bilodeau

Emmanuel et Maxence Bilodeau : les défis de vivre dans une fratrie de 12 enfants

Maxence Bilodeau et Emmanuel Bilodeau devant un sapin de Noël.
Maxence Bilodeau et Emmanuel Bilodeau.PHOTO : Radio-Canada
Tricotées serrées, ICI Première.
Tricotées serréesPublié le 25 décembre 2018

« On s'est tous fait élever par un grand frère ou une grande sœur. C'est comme ça que ça se faisait. Ma mère n'avait pas le temps de s'occuper de tout le monde. Nos parents, on ne les voyait même pas. » En compagnie de son frère Emmanuel, le benjamin du clan Bilodeau, Maxence, explique que la grandeur de sa famille l'a mené à rapidement devenir débrouillard.

Le journaliste Maxence Bilodeau raconte que, lorsqu’il était jeune, il ne s’est trouvé en tête-à-tête avec son père qu’une seule fois. « Je ne sais pas comment ça se fait, mais la maison est vide. Il y a mon père et moi. Il me fait un biscuit avec un peu de glaçage au cacao et il me le donne. C’est le seul souvenir que j’ai. »

Lors des rares sorties familiales, qui demandaient une importante logistique, ses parents étaient très nerveux, selon Emmanuel Bilodeau. « Sur le bord d’un lac, ils passaient leur journée à nous compter. Ils avaient toujours peur qu’on se noie ou qu’il y en ait un qui disparaisse dans le bois. Ils nous comptaient sans arrêt », dit-il en riant.

Pour les Bilodeau, Noël constituait un moment important dans l’année, où le patin et les chants de Noël étaient au cœur des célébrations. Chaque enfant faisait un cadeau pour chacun de ses frères et sœurs. « Des bonbons, des broches, des patates », se souvient Emmanuel. Aujourd’hui encore, c’est le moment de l’année où ils se retrouvent tous. Autrement, c’est impossible de rassembler tout le monde, selon ce que constatent les deux frères en riant.