•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un samedi, ICI Première.
Tout un samedi, ICI Première.
Audio fil du samedi 16 décembre 2017

De la tricothérapie à la polyvalente W.-A. Losier

La tricot-thérapie entre deux cours à la polyvalente W.-A. Losier

Publié le 16 décembre 2017
Des élèves de la polyvalente W.-A. Losier au Nouveau-Brunswick pratiquent la tricot-thérapie.
Des élèves de la polyvalente W.-A. Losier au Nouveau-Brunswick pratiquent la tricot-thérapie.PHOTO : Josée Mallais-Paulin

Des élèves de la polyvalente W.-A. Losier à Tracadie-Sheila au Nouveau-Brunswick pratiquent la tricot-thérapie afin de soulager leur anxiété.

Tout a débuté lorsque Josée Mallais-Paulin, enseignante à la polyvalente, est allée aux rencontres du Canada en avril dernier à Ottawa : « on m'a demandé d'apprendre le tricot à un groupe de 50 élèves ».

« Tout le monde a réussi. C'était merveilleux, j'en revenais pas », dit-elle.

Puis, cet automne, une journée mieux-être pour le personnel a été organisé à la polyvalente : « Je me suis dit, on pourrait faire du tricot car c'est relaxant et ça fait du bien ».

L'idée a été un succès puisque près de 80 % du personnel a appris le tricot et a continué par la suite, indique l'enseignante.

« On s'est dit que peut-être les élèves aimeraient ça aussi. »

—  Josée Mallais-Paulin, enseignante à la polyvalente W.-A. Losier

Le tricot, pas seulement pour les filles

Le premier élève a avoir été initié par Josée Mallais-Paulin est Jimmy Saulnier, élève de 12e année.

« J'ai été surpris qu'elle me propose de m'initier au tricot », avoue ce dernier qui dit s'être découvert une passion depuis.

« Elle m'a convaincu en me disant que c'était cute un garçon qui tricotait. »

—  Jimmy Saulnier, élève de 12e année à la polyvalente W.-A. Losier

Puis, d'autres ont voulu apprendre et le groupe s'est agrandi à près d'une trentaine d'élèves.

« On a réussi à avoir du financement et on a pu acheter de la laine et des aiguilles à tout le groupe », explique Josée Mallais-Paulin.

Les séances ont finalement été si populaires que la laine est venue à manquer.

« On a fait appel à la communauté et nous avons reçu de la laine d'un peu partout afin de poursuivre les séances de tricot-thérapie », s'exclame l'enseignante.

L'activité permet à différents élèves de se retrouver, ajoute-t-elle.

Selon elle, manier les baguettes et la laine permet à plusieurs jeunes de prendre une pause et d'apaiser leur anxiété.