•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

« Bold Glamour » : les effets néfastes des filtres « embellissant » sur les réseaux sociaux

Une jeune femme scrute son reflet dans un miroir avec un téléphone à la main.
L'utilisation excessive de filtre «embellissant» sur les réseaux sociaux peut finir par engendrer des dysmorphies corporelles chez une personne qui se regarde dans un miroir, comme l'explique Léa Clermont-Dion. PHOTO : getty images/istockphoto / shironosov
Publié le 28 mars 2023

Des lèvres plus pulpeuses, des traits plus fins, des yeux maquillés et un teint de pêche : utilisé plus de 28 millions de fois, le filtre « Bold Glamour » fait fureur sur TikTok. L'outil « d'embellissement » s'adapte parfaitement, et de manière déconcertante, au visage des personnes qui l'utilisent et relance par le fait même le débat sur l'image corporelle et la santé mentale des jeunes sur les réseaux sociaux. Léa Clermont-Dion, cofondatrice de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée, énumère les effets néfastes de ce genre de filtre.

Selon Léa Clermont-Dion, le plus grand mal causé par l’usage abusif de ces filtres, qui déforment la réalité, est la dysmorphophobie, soit la phobie d’un aspect de son corps jugé disgracieux.

« C'est vraiment un enjeu de santé publique. »

— Une citation de  Léa Clermont-Dion

Par ailleurs, le gouvernement français souhaite obliger les influenceuses et les influenceurs à préciser qu’ils utilisent ce genre de filtre dans leurs photos et leurs vidéos. Léa Clermont-Dion salue cette intention, mais elle se demande comment, en pratique, les profils de ces personnes seront analysés pour appliquer une quelconque loi en ce sens.