•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec le Dr Luc Boileau : La transmission du virus de la COVID à la hausse

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 sept. 2022 : Gestion de la pandémie, et enjeux autochtones en campagne électorale

Entrevue avec le Dr Luc Boileau : La transmission du virus de la COVID à la hausse

Le défi d’exprimer la notion de risque en santé publique, selon le Dr Luc Boileau

Un homme parle dans un micro d'un studio de radio.
Le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique au QuébecPHOTO : Radio-Canada / Marie-Eve Cloutier
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 30 septembre 2022

Qu'il soit question de virus ou de pollution atmosphérique, un des rôles de la santé publique est de prévenir les maladies ou la détérioration de l'état de santé qui pourraient en découler. « Notre job [est] de bien caractériser le risque », fait valoir le directeur national de santé publique au Québec. Au micro de Tout un matin, le Dr Luc Boileau affirme par ailleurs que ce travail a été fait à Rouyn-Noranda dans le dossier de la fonderie Horne, et ce, même si des médecins continuent de dénoncer les risques pour la santé de la population en Abitibi.

Le Dr Boileau estime que si ces personnes sont bien intentionnées, il est important de dire les choses telles qu’elles sont aux gens de Rouyn-Noranda. Si les émissions d’arsenic à 15 nanogrammes par mètre cube représentent un risque qu'il qualifie d'« infime » pour la santé de la population, il estime que la fermeture de l’usine pourrait aussi causer du tort.

« Le principal problème actuellement à Rouyn-Noranda, ce ne sont pas les émissions; c’est l’anxiété dans la population. Il faut donner l’heure juste et accompagner [les gens] là-dedans. »

— Une citation de  Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique

Par ailleurs, questionné sur la sous-traitance de la gestion de la pandémie par le secteur privé, le directeur soutient qu'il n'a jamais été en contact avec la firme McKinsey. Il ajoute qu'il déclinerait l’aide d'une firme externe, mentionnant que la santé publique québécoise a les ressources nécessaires pour assurer la suite des choses.