•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Luc Lafrance : Transporteurs et réseau scolaire en négociation

Tout un matin, ICI Première.

Des centaines de milliers d’élèves pourraient être privés de transport à la rentrée

Panneau d'arrêt lumineux d'un autobus scolaire
Des bris de services sont pour l'instant à prévoir pour la rentrée scolaire, selon Luc Lafrance. PHOTO : Radio-Canada / Frédéric Pepin
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 12 août 2022

La rentrée scolaire débutera dans une dizaine de jours, et selon le président-directeur général (PDG) de la Fédération des transporteurs par autobus, Luc Lafrance, environ 300 000 élèves pourraient être privés de transport scolaire dans Montréal et sa banlieue. En cause : des discussions entre les transporteurs et le gouvernement du Québec qui « achoppent un peu partout » en raison des nouvelles règles budgétaires qui ne répondraient pas aux besoins des transporteurs, selon lui.

Les transporteurs demandent plus de fonds en raison de la montée des coûts des pièces automobiles, des coûts d’entretien et du prix du carburant, ou encore pour une meilleure rémunération des conducteurs, le secteur n’étant pas épargné par la pénurie de main-d’œuvre, comme l’explique le PDG.

« On essaie de trouver une voie de passage [avec le ministère des Transports] pour essayer de ne pas prendre les enfants en otage. »

— Une citation de  Luc Lafrance

Luc Lafrance donne quelques détails quant aux solutions de rechange possibles si aucune entente n’est trouvée d’ici la rentrée des classes, même si cela dépendra des centres de services.