•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Me Philippe Larochelle : Justice pour crime de guerre en Ukraine

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 13 mai 2022 : Feux à ciel ouvert, procès pour crime de guerre, et visite du pape à Québec

Entrevue avec Me Philippe Larochelle : Justice pour crime de guerre en Ukraine

La complexité d’un procès pour crime de guerre expliquée

Le sergent arrive pour son audience à Kiev, en Ukraine, le vendredi 13 mai 2022.
Le procès de Vadim Shishimarin, 21 ans, un soldat russe accusé d'avoir tué un civil ukrainien, est le premier procès pour crimes de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine.PHOTO : AP / Efrem Lukatsky
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 13 mai 2022

L'Ukraine traduira en justice un premier soldat russe pour crime de guerre. Vadim Shishimarin, 21 ans, est soupçonné d'avoir tué un civil, un homme de 62 ans, qui marchait à côté de sa bicyclette en parlant au téléphone. Me Philippe Larochelle, spécialisé en droit pénal international, explique ce qui permettra à la justice de déterminer si le soldat a franchi une ligne rouge ou si la victime était devenue une « cible légitime » dans le contexte de la guerre.

L’avocat précise qu’il n’est pas tant question de savoir si l’homme de 62 ans était armé ou non lorsqu’il a été tué. Me Larochelle mentionne qu’il faudra surtout déterminer si la victime participait aux hostilités entre l’Ukraine et la Russie. Le cas échéant, il faudra ensuite établir si son implication était suffisante pour lui faire perdre la protection dont bénéficient les civils d’après la Convention de Genève. Il ajoute que ces nuances peuvent être complexes à faire.

« Est-ce qu'on sait s’il fabriquait des cocktails Molotov le soir dans un atelier? […] Est-ce qu’il collaborait avec des unités ukrainiennes et qu'il désignait des unités russes? »

— Une citation de  Me Philippe Larochelle, avocat spécialisé en droit pénal international

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, plus de 10 700 crimes de guerre présumés impliquant 622 suspects ont été signalés auprès des autorités judiciaires ukrainiennes.