•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le variant XE du coronavirus, une nouvelle inquiétude pour les experts

Photo de Alain Lamarre dans un laboratoire entouré de bouteilles.
Alain Lamarre précise que ce nouveau variant n'est pas forcément plus dangereux, notamment en raison de sa ressemblance avec les sous-variants BA.1 et BA.2 d'Omicron.PHOTO : Gracieuseté : INRS
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 20 avril 2022

Le variant XE est une « recombinaison ». C'est-à-dire que ce sont deux sous-variants du coronavirus, ici le BA.1 et BA.2 d'Omicron, qui « se collent ensemble, [...] et [le nouveau variant] aura à la fois un segment du virus A et du virus B ». C'est ce qu'explique le chercheur et spécialiste en virologie à l'Institut national de recherche scientifique à Québec Alain Lamarre. Même si on ne connaît pas encore tout à fait la dangerosité du variant XE, cette « recombinaison » amène toutefois son lot de questions, selon le chercheur.

« Cela pourrait créer [chez le variant XE] des propriétés assez différentes des virus originaux. »

— Une citation de  Alain Lamarre

Celui qui est aussi professeur souligne que c’est plus la réponse immunitaire qui est source d’inquiétude. Il note entre autres un plus grand « potentiel de mutation et [une possible meilleure] résistance ».

Alain Lamarre se penche sur la question des vaccins et de leurs adaptations nécessaires pour répondre aux différents variants, toujours plus nombreux.

Le spécialiste réfléchit aussi à l’avenir du vaccin Covifenz de Medicago malgré les conseils du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) de se concentrer sur les vaccins à ARNm.