•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Invasion russe : « Gagner la guerre, c’est une chose, gagner la paix, c’est plus difficile »

Des débris calcinés jonchent le sol après une attaque russe à Kiev.
Au premier jour de la guerre entre l'Ukraine et la Russie, des dommages considérables peuvent déjà être constatés dans plusieurs villes, dont Kiev, la capitale ukrainienne.PHOTO : Associated Press / Efrem Lukatsky
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 25 février 2022

Les frontières au nord de Kiev sont sous attaque, mais Richard Giguère, brigadier général retraité des Forces armées canadiennes, doute de la capacité de Moscou d'occuper la capitale. « Même si [la Russie] s'empare de Kiev, les gens oublient parfois que Kiev est une ville de 3 millions de personnes. Ce n'est pas avec le nombre de troupes que Poutine possède dans cette région qu'il va y arriver. »

Richard Giguère indique qu’il est extrêmement compliqué de garder le contrôle sur le territoire. Il explique pourquoi, selon lui, il s’agit d’une opération pratiquement impossible, prenant en exemple les guerres en Irak et en Afghanistan, où il a été déployé à deux reprises.