•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Duo Déborah Cherenfant et Isabelle Hachey : Le protectionnisme culturel de la CAQ

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du mardi 23 nov. 2021 : La retraite pour Jennifer Abel, et la disparition de Coralie Lessard

Duo Déborah Cherenfant et Isabelle Hachey : Le protectionnisme culturel de la CAQ

La fierté nationaliste de la CAQ, vue par Isabelle Hachey et Déborah Cherenfant

Le premier ministre du Québec, en veston, parle pendant une conférence de presse, devant un podium où il est inscrit « Le hockey, notre fierté ».
François Legault lors de la conférence de presse annonçant la création d'un comité pour la relance et le développement du hockey au Québec. PHOTO : Radio-Canada
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 23 novembre 2021

La Coalition avenir Québec (CAQ) abuserait-elle du mot « fierté »? Le gouvernement de François Legault semble sauter sur chaque occasion de souligner à quel point il est fier d'être québécois, qu'il s'agisse de la relance du hockey, de l'ajout d'œuvres culturelles québécoises dans les écoles ou du nouveau cours Culture et citoyenneté québécoise. Si ces récentes annonces de Québec sont pour la plupart de bonnes nouvelles sur le fond, le message qui les accompagne « accroche », selon Isabelle Hachey et Déborah Cherenfant.

Par comparaison, la chroniqueuse à La Presse rappelle que l'ancien premier ministre René Lévesque a dit une seule fois « ne jamais avoir été aussi fier d’être Québécois », après la victoire du Parti québécois en 1976.

« Ç'a avait été marquant, c’est resté. […] Là, on a l’impression qu’on nous sert la fierté à toutes les sauces et au risque de nous écœurer un peu. »

— Une citation de  Isabelle Hachey

De son côté, la présidente et porte-parole de la Jeune chambre de commerce de Montréal est d’avis qu’il s’agit d’une stratégie de communication « payante » sur le plan politique pour la CAQ. Elle souligne cependant qu’il est important de remettre en question ce nationalisme et, peut-être même, de s’en inquiéter.

« Ça frôle le protectionnisme, et je me demande : on se protège contre qui, contre quoi? »

— Une citation de  Déborah Cherenfant