•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une experte se prononce sur la stratégie de Québec pour vacciner les 5 à 11 ans

Une enfant ferme les yeux au moment de se faire vacciner contre la COVID-19.
La vaccination de masse peut être anxiogène pour les jeunes, selon Ève Dubé. PHOTO : Associated Press / Ted S. Warren
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 22 novembre 2021

Des centres de vaccination au Québec ont mis en place des décors ludiques et des environnements rassurants afin de mieux accueillir les enfants de 5 à 11 ans, pour qui la vaccination contre la COVID-19 débutera dans les prochains jours. Pourquoi déployer autant d'effort pour ce vaccin et non pas pour les autres recommandés pour les enfants? « Je pense qu'on cherche à augmenter les couvertures vaccinales [d'ici les Fêtes] », estime Ève Dubé, anthropologue à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

L'experte sur les attitudes et les comportements à l'égard de la COVID explique que la vaccination de masse peut être anxiogène pour les jeunes et qu’une mauvaise expérience peut avoir un impact sur le reste de leur vie. Ève Dubé souligne qu'il est donc important d'adapter les services de vaccination, spécialement pour les tout-petits.

Elle doute cependant que les parents qui ont des craintes par rapport à l’innocuité du vaccin soient rassurés par les initiatives mises en place pour les enfants.

« Si on est préoccupé par la sécurité des vaccins, un clown et des ballons ne vont pas nous enlever ces peurs. »

— Une citation de  Ève Dubé, anthropologue à l'INSPQ