•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’essentiel de la réforme du droit de la famille

Deux hommes sont allongés dans un lit et sourient à un bébé de quelques mois.
Me Suzanne Pringle mentionne que dorénavant, les parents désirant avoir recours à une mère porteuse devront signer une convention de gestation pour autrui chez un notaire. PHOTO : getty images/istockphoto / monkeybusinessimages
Tout un matin sur ICI Première.
Tout un matinPublié le 22 octobre 2021

Le gouvernement du Québec a entamé sa réforme du droit de la famille, un processus qui n'avait pas été fait en l'espace de 40 ans. Me Suzanne Pringle, avocate spécialiste du droit familial, résume les changements apportés par le projet de loi 2 déposé par le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barette, allant de la violence en milieu familial au recours aux mères porteuses.

À ce sujet, Me Pringle rappelle que le recours aux mères porteuses était totalement interdit au Québec auparavant.

« On met en place un processus clair, prévisible et sécuritaire pour assurer le meilleur intérêt de l’enfant à naître et la protection des droits de la femme qui le porte. »

— Une citation de  Me Suzanne Pringle