•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Ce que pense un intensiviste du retrait des travailleurs de la santé non vaccinés

Le docteur Bellemare porte un sarrau bleu, un masque et a un stéthoscope autour du cou.
Le Dr Patrick Bellemare, chef de l'unité de soins intensifs à l'Hôpital du Sacré-Cœur de MontréalPHOTO : Radio-Canada / Davide Gentile
Tout un matin sur ICI Première.
Tout un matinPublié le 12 octobre 2021

Lundi, l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec a annoncé la suspension des permis d'exercer de ses membres qui ne sont pas adéquatement vaccinés d'ici le 15 octobre. Le départ forcé de ces travailleurs de la santé n'aura pas de répercussions significatives aux urgences, selon le Dr Patrick Bellemare, chef de l'unité de soins intensifs à l'Hôpital du Sacré-Cœur.

Le pneumologue raconte avoir soigné des manifestants antivaccins qui se sont retrouvés à l’hôpital après avoir contracté la COVID-19. On ne peut pas se permettre d’avoir des gens avec ce genre d’attitude dans nos troupes, enchaîne le Dr Bellemare, en référence au personnel de la santé qui refuse toujours de se faire vacciner.

L’épuisement des troupes toujours au front crée davantage de dommages, selon lui. Malheureusement, l’exode relatif dans la foulée de la pandémie est plus important que la marginale proportion des effectifs qui refusent de se faire vacciner.