•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un bébé reçoit une dose d'un vaccin expérimental contre la malaria, au Kenya.
Un bébé reçoit une dose d'un vaccin expérimental contre la malaria, au Kenya.PHOTO : Associated Press / Karel Prinsloo
Publié le 8 octobre 2021

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l'usage d'un nouveau vaccin contre le paludisme, connu aussi sous le nom de malaria. Le vaccin RTS,S, fabriqué par la pharmaceutique britannique GSK, a démontré des résultats encourageants lors d'essais cliniques afin de prévenir la maladie qui tue 260 000 enfants africains chaque année. La Dre Joanne Liu, spécialiste en matière de lutte contre les épidémies, espère que les pays riches feront leur part afin de contribuer au financement de ce vaccin.

L’ancienne présidente internationale de Médecins sans frontières rappelle que nous avons une « responsabilité sociale et collective » d’assurer que des enfants puissent atteindre leur 5e anniversaire.

« Ce serait vraiment indécent de dire qu’on ne fait rien, alors qu’on a les outils qui dorment quelque part. »

— Une citation de  Dre Johanne Liu, professeure à l’École de santé des populations et de santé mondiale de l’Université McGill

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser