•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Ben Rowswell : Fin de l'évacuation de l'Armée canadienne à Kaboul

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage 26 août 2021 : La fin de l’opération canadienne d’évacuation en Afghanistan, et la popularité de VaxiCode

Entrevue avec Ben Rowswell : Fin de l'évacuation de l'Armée canadienne à Kaboul

Fin de l’opération canadienne d’évacuation en Afghanistan

Des hommes, des femmes et des enfants massées près d'un poste de contrôle à l'extérieur de l'aéroport de Kaboul, dans l'espoir de quitter l'Afghanistan.
Ben Rowswell est d'avis que le Canada aurait pu aider davantage le peuple afghan si ses ressources à l'étranger avaient été plus présentes sur le terrain en amont de la crise actuelle. PHOTO : Associated Press
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 26 août 2021

L'ex-diplomate Ben Rowswell réagit à chaud à l'annonce du départ précipité de l'Armée canadienne à Kaboul. « C'est symbolique. Ce n'est pas seulement l'Afghanistan, c'est une démonstration ce matin de notre manque d'engagement dans le monde », estime celui qui a représenté le Canada à Kandahar de 2009 à 2019.

Ben Rowswell explique que la tombée de l’Afghanistan est le début d’une nouvelle vague de déstabilisation internationale. Il rappelle l’importance du rôle des diplomates. Beaucoup de fonctionnaires canadiens sont prêts à courir des risques. Mais la tolérance au risque est de zéro à Ottawa, fait-il valoir.

Ses pensées vont surtout aux personnes réfugiées afghanes laissées derrière.

« Quel mouvement extrémiste va naître dans les prochains mois dans les camps de réfugiés ignorés par le monde? »

— Une citation de  Ben Rowswell, président du Conseil international du Canada