•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Charles-Philippe David : Le retrait américain en Afghanistan

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 25 août 2021 : Le passeport vaccinal à l’essai, et l’agression envers deux policiers du SPVM

Entrevue avec Charles-Philippe David : Le retrait américain en Afghanistan

Crise en Afghanistan : Joe Biden pourrait-il en payer le prix?

Le président des États-Unis, Joe Biden, lève l'index droit vers le ciel lors d'une déclaration lue devant la presse.
Joe Biden a défendu mardi le calendrier du retrait des troupes américaines d'Afghanistan censé s'achever au 31 août, évoquant la menace « croissante » d'une attaque du groupe armé État islamique contre les soldats et les civils massés à l'aéroport de Kaboul.PHOTO : Reuters / LEAH MILLIS
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 25 août 2021

« Joe Biden ne gère plus la crise afghane, il gère la crise de sa présidence », affirme Charles-Philippe David, président de l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. En entrevue à Tout un matin, il explique pourquoi le président américain se retrouve désormais dans une situation difficile à gérer sur le plan politique, alors que la mission des troupes américaines en Afghanistan est sur le point de se terminer.

Charles-Philippe David s'explique mal comment un président avec autant d'expérience en relations internationales a pu prendre des décisions « aussi intempestives » pour retirer les soldats américains du territoire afghan.

« Ils ont donné sur un plateau d’or le pouvoir aux talibans. »

— Une citation de  Charles-Philippe David, fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand