•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Rehausser la limite de glyphosate est inutile, selon le président de l’UPA

Un tracteur épand du glyphosate sur un champ de blé.
L'épandage de glyphosate est monnaie courante dans les champs de blé canadiensPHOTO : Radio-Canada
Tout un matin sur ICI Première.
Tout un matinPublié le 23 juillet 2021

Radio-Canada dévoilait que c'est l'entreprise Bayer elle-même qui a demandé à Ottawa de revoir les limites autorisées de glyphosate sur certains aliments. Une consultation publique menée par Santé Canada à ce sujet a même été prolongée jusqu'au 3 septembre. Au micro de Tout un matin, Marcel Groleau, le président général de l'Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec, dit ne pas être étonné que cette demande provienne de l'industrie. Il précise que ces possibles modifications changeraient très peu l'usage que les agricultrices et agriculteurs québécois font du pesticide, employé essentiellement en prérécolte.

« On sait que la population est inquiète du suremploi des pesticides. On est plus dans une démarche de limiter et de diminuer [leur] usage. »

—  Marcel Groleau, président général de l'Union des producteurs agricoles du Québec