•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin sur ICI Première.

Enfants autochtones disparus : « On va pouvoir forcer les hôpitaux à donner de l'information »

Publié le 9 juin 2021
La journaliste Anne Panasuk au téléphone, au côté d'une image de la communauté de Pakuashipi.
Au cours de sa carrière de journaliste, Anne Panasuk a enquêté sur la disparition de neuf enfants dans la communauté de Pakuashipi, au début des années 70.PHOTO : Radio-Canada

La journaliste Anne Panasuk devient conseillère spéciale pour le soutien aux familles d'enfants autochtones auprès du gouvernement du Québec. Le ministre des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, souhaite faciliter la communication des renseignements personnels aux familles d'enfants autochtones disparus ou morts. « On va pouvoir forcer les hôpitaux à donner de l'information et on aura accès aussi aux archives religieuses. Avec la loi, ils auront l'obligation de rendre des comptes », se réjouit celle qui a travaillé sur le dossier de la disparition d'enfants innus et atikamekw à la suite de leur hospitalisation. Patrick Masbourian lui demande comment elle compte s'acquitter de cette tâche auprès d'un gouvernement qui refuse de reconnaître le racisme systémique.