•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 9 mars 2021 : L'immobilier au centre-ville de Montréal, et la monarchie au Québec

Réduire la place de la monarchie au Québec : Entrevue avec Patrick Taillon

Réformer la monarchie canadienne sans « demander la permission »

Publié le 9 mars 2021
Drapeau du Québec avec deux couronnes qui remplacent deux fleurs de lys.
Patrick Taillon estime que la nomination d’un nouveau gouverneur général au Canada est l’occasion idéale pour Québec de réformer le rôle du lieutenant-gouverneur.PHOTO : Radio-Canada

Dès que la famille royale fait les manchettes, de nombreux observateurs au Québec souhaitent que le Canada s'affranchisse de ses liens avec la monarchie britannique. Une réforme plus « tranquille » offrirait cependant certains avantages : « J'essaie de recenser toutes les réformes qu'on pourrait faire sans demander la permission au reste du Canada », souligne le professeur de droit Patrick Taillon, qui publie aujourd'hui une analyse sur le sujet. Il nous explique pourquoi « le Canada et le Québec sont bien mal préparés à la fin du règne d'Élisabeth II ».

« On a au Québec une situation un peu inusitée, où il y a un large consensus pour abolir la monarchie, mais en même temps, ça ne risque pas d'arriver. »

—  Patrick Taillon, professeur à la Faculté de droit de l'Université Laval